TDAH: La lutte pour faire le bon diagnostic et choisir le bon traitement

Il y a une mine d’informations sur le Web, et dans les livres, revues professionnelles et magazines sur le TDAH, donc nous ne répéterons pas cette information ici. Dans ce monde trépidant dans lequel nous vivons, beaucoup de gens luttent avec des traits déficitaires de l’attention. Beaucoup d’entre nous ont des cerveaux qui peuvent s’adapter à ce mode de vie. L’incidence du vrai ADHD / ADD est en croissance. De plus en plus d’enfants et d’adultes ont du mal à s’organiser, à rester concentrés et à faire avancer les choses parce qu’ils ont un «trouble cérébral» qui interfère avec leur capacité à bien fonctionner et à se sentir bien dans leur peau.
Alors que nous appelons tous les troubles déficitaires de l’attention « TDAH », il existe trois types de TDAH: le type inattentif, le type hyperactif et le type mixte. Il existe des traitements efficaces pour les trois. Il est maintenant généralement admis que le TDAH est un trouble cérébral très traitable. Cependant, les patients et les familles éprouvent des difficultés à obtenir un diagnostic correct et à déterminer si la médication est la meilleure réponse. Le nombre d’adultes et d’enfants prenant des médicaments stimulants pour le TDAH est en augmentation, et personne n’en est très enthousiasme.
Les médecins n’aiment pas prescrire des médicaments pour le TDAH en raison des effets secondaires potentiellement dangereux. Ils s’inquiètent aussi des adolescents et des jeunes adultes d’âge scolaire partageront ou vendront leurs pilules. Les enfants n’aiment pas les médicaments parce que, pendant qu’ils travaillent, les effets secondaires sont désagréables et le médicament disparaît avant la fin de la journée. Les parents craignent que les médicaments pour le TDAH ne nuisent à leur enfant. Les médicaments ne résolvent pas définitivement le problème, et les gens ne travaillent mieux que lorsque le médicament est dans leur système. Quand ils arrêtent de prendre les médicaments, les symptômes du TDAH reviennent. Il y a aussi le problème de la mauvaise utilisation des médicaments, de la quantité à prendre, de la longue durée d’action, de la courte durée d’action, des fins de semaine et d’été, etc. Tout cela est très confus et franchement effrayant.

Nous avons déjà expliqué comment fonctionne le neurofeedback. D’une part, c’est compliqué, mettre des capteurs sur le cuir chevelu, mesurer vos ondes cérébrales, suivre les changements. D’un autre côté, c’est assez simple. Dites à votre cerveau comment se comporter et il fait ce qu’on lui dit.
Le Neurofeedback, en conjonction avec la thérapie, l’éducation, et parfois des médicaments, offre un traitement alternatif ou complémentaire pour le TDAH chez les enfants et les adultes.

Le Neurofeedback est un traitement à considérer. Nous savons que le TDAH est le résultat d’un mauvais fonctionnement des circuits dans le cerveau. Les stimulants corrigent ce problème. Cependant, ils ne résolvent pas le problème. Le Neurofeedback peut effectivement résoudre le problème. Grâce à l’entraînement cérébral, les enfants et les adultes apprennent à leur cerveau à mieux fonctionner. Ils donne aux gens une rétroaction positive immédiate lorsque leur cerveau se comporte correctement, ce qui leur permet d’améliorer l’attention, la fonction cognitive, le sommeil et l’humeur, tous les problèmes pour les personnes atteintes de TDAH. Une grande partie de cette formation peut être permanente, bien que des « mises au point » occasionnelles puissent être nécessaires. La formation pourrait prendre jusqu’à 20 séances, puisque le cerveau doit travailler dur pour faire des changements permanents.

Lorsque nous avons commencé à former des enfants atteints de TDAH, les parents et les enfants on tout de suite adhéré ça. Il y a un énorme besoin dans pour des alternatives et des compléments aux médicaments dans le traitement du TDAH. Nous reconnaissons également que dans notre pratique principale: les troubles de l’alimentation, l’obésité et les dépendances, il y a un pourcentage élevé de personnes qui ont aussi des symptômes de TDAH. Nous commençons par mener une évaluation approfondie, y compris des entrevues avec le client et sa famille. La participation du patient et de la famille est essentielle. Les clients et les familles doivent remplir une liste de contrôle hebdomadaire et évaluer les symptômes afin de pouvoir suivre notre évolution. Les clients et les familles doivent être ouverts à l’apprentissage de nouvelles compétences et à la pratique à la maison, car nous savons que la modification du comportement est une partie importante du traitement du TDAH.